Katia. jeu.

“Adieu Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu’on te fera de ces récits hideux qui t’on empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois : mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.”
— On ne badine pas avec l’amour (acte 2 scène V)
Alfred de Musset (1810-1857)
“Adieu Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu’on te fera de ces récits hideux qui t’on empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois : mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.”
— On ne badine pas avec l’amour (acte 2 scène V)
Alfred de Musset (1810-1857)

Je pense à vous souvent
Je continue quand même
D’aimer les bateaux blancs
Que le désir entraîne
Je manque de vous souvent
Mais je m’en vais quand même
Laisser voler le vent
Qui souffle sur la peine

{Refrain:}
Chère amie, je vous envoie ces quelques mots
Pour vous dire qu’il ne fait pas beau
Et que j’ai mal, seul, depuis que je vous ai perdue
Je vous écris ces quelques fleurs
Avec mon cœur à l’intérieur
Je vous fais toutes mes excuses

Je rêve à vous souvent
Je me souviens de tout
Je me réveille à temps
Mais je vous vois partout
Je vous attends souvent
J’invente un rendez-vous
Vous n’avez plus le temps
Plus une minute à vous

{au Refrain}

— Paroles de Chère Amie: Marc Lavoine
“Rien de tels que des petits plaisirs au qutidien pour améliorer la vie”
“Le soleil est dans mon coeur
Il est tellement illuminé qu’il pourrait bien vous éblouir…”
“C’est vachement agréable de trouver des personnes sincères et honnêtes sur notre chemin du destin”
Katia. jeu. a 1 an aujourd’hui !

Katia. jeu. a 1 an aujourd’hui !

Hâte

J’ai hâte de gouter à vos lèvres suaves et charnues

J’ai hâte de sentir cette chair se bonder au contact de votre langue

J’ai hâte de voir le plaisir monter en nos êtres

J’ai hâte de remarquer ces frissons qui nous électrisent

J’ai tellement hâte d’atteindre le summum

Cet instant relate un tel moment de bonheur que j’aimerai qu’il dure plus longtemps.

“Quelquefois il y a des sympathies si réelles que, se rencontrant pour la première fois, on semble se retrouver”
— alfred de musset
“Je tournais en rond. J’attendais. Quelqu’un, quelque chose, un soulagement, une déception. Une histoire.”
— Anna Gavalda, La vie en mieux (via ellednorih)

(via ellednorih)